Location Dacia Sandero en Guadeloupe

location dacia sandero guadeloupeLa marque low-cost Dacia s’appuie, depuis toujours, sur des valeurs de générosité, simplicité et fiabilité, pour un achat futé. Avec cette nouvelles Sandero, elle offre plus et mieux, pour quasiment le même prix.

Outre de répondre de la sorte aussi tôt en devançant les attentes de ses clients, la démarche de Dacia est cohérente. D’abord d’un point de vu visuel, en redonnant une certaine unité à sa gamme. Ensuite, parce qu’au delà d’afficher la même face avant – capot, ailes et ensemble de la structure frontale de l’auto sont identiques – la Sandero se positionne désormais comme la version bicorps de la Logan. Stratégie qui permet à ces deux modèles de partager près de 80 % de composants en communs. De quoi autoriser de sérieuses économies d’échelle… Mais revenons à notre petite Dacia, bien campée sur de discrètes et jolies jantes de 15’, comme pour mieux nous dévoiler son design robuste et valorisant.

Certains verront dans ce regard anguleux et la calandre massive, les traits de l’Amarok en réduction. D’autres reconnaitront dans le dessin des feux et de la croupe d’une certaine Polo… Inspiration Volkswagen, ou pas, l’anecdote révèle, sinon les ambitions, au moins les aspirations de la Sandero.

Un état d’esprit que l’on retrouve dans l’habitacle avec une planche de bord épurée et moderne, limite flatteuse, comparée à sa devancière. Certes les plastiques utilisés sont durs, mais les progrès au niveau des assemblages et le caractère costaud de l’ensemble inspirent confiance et un vieillissement sans soucis, y compris sous nos climats. On est loin de l’image « low-cost » des premières Dacia. Notamment en matière d’équipement : airbags latéraux, direction assistée et contrôle de trajectoire ESC, sont présent dès l’entrée de gamme ; ou encore du système multimédia Media Nav (façon tablette tactile) et du limiteur/régulateur de vitesse, dorénavant disponibles en options et à prix serrés.

A l’essai, les deux nouvelles motorisations – essence TCe 90 et Diesel dCi 90 -confortent l’agrément de conduite général. Annoncé comme la grosse nouveauté, le premier retient nos faveurs. Véloce en agglomération, il fait également bonne figure sur route. Certes, son faible couple (14 mkg à 2.500 trs/mn) ne fait pas de miracles et se montre à la peine en pleine charge.

Mais en jouant de la boîte (de vitesses) et en tombant de rapport, le tour est joué et les relances assurées. Au demeurant, si vos déplacements se limitent à la ville et ses voies rapides ou alentours, il est bien plus agréable au quotidien que son homologue diesel, plus sonore et d’avantage vibrant. En revanche, les 90 ch du 1.5 dCi sont beaucoup plus à l’aise sur routes sinueuse et en montagne.

En héritant du châssis de la Clio II, cette Sandero profite d’un comportement sécurisant et d’un confort de bon niveau. Ce dernier, mis en avant par le travail acoustique de qualité, réellement probant sur la TCe 90. Un petit grief toutefois : l’assise du siège conducteur, par ailleurs un peu haute, souffre d’un rembourrage un peu léger passé une heure de route et à mesure que le trajet se prolonge.

Au final, la Sandero II se révèle aussi surprenante que pertinente.

En finition Lauréate, retenue pour nos essais, ses prestations et équipements soulèvent même le problème suivant : hormis son prix, doit-on encore la qualifier de voiture « low cost » ?

Vous souhaitez réservez une location de voiture guadeloupe Dacia, foncez, une voiture fiable et pas chère !

Mots-clefs : ,